« Les jardins collectifs, ce n’est pas juste un accès à la nature ou une diminution de la facture d’épicerie. C’est beaucoup plus une expérience de la campagne en ville, avec toutes ses dimensions sociales : on y rencontre des gens différents, on y établit des relations et on vient socialiser autour du travail de notre lopin commun. C’est aussi l’occasion d’apprendre à jardiner, à collaborer et, chose très rare en ville, faire l’expérience d’une petite communauté. Pour toutes ces raisons, je n’échangerais pas notre jardin collectif de Bouffe-Action de Rosemont pour un lot familial! »